Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

J'ai le DROIT de savoir !

Actualités d'août 2023

Salariés multi-employeurs

Fixation des modalités de mutualisation du suivi médical

La loi Santé au travail du 2 août 2021 a prévu la mise en place d’une mutualisation du suivi de l’état de santé des salariés occupant des emplois identiques auprès d’employeurs différents (nouvel article L. 4624-1-1 du Code du travail).

Pour que ce nouveau dispositif entre en vigueur, il fallait toutefois la publication de son décret d’application qui en fixe les modalités. C’est chose faite avec le décret n° 2023-547 du 30 juin 2023 publié au JO du 1er juillet, permettant une entrée en vigueur au 2 juillet 2023.

L’objectif est d’éviter, pour un même salarié, de nombreuses visites médicales organisées pour le compte de chacun des employeurs, toute visite réalisée par l’un étant en principe valable pour les autres.

En parallèle au décret, la DGT a publié sur le site Internet du ministère du travail un questions/réponses apportant des précisions sur les modalités du suivi mutualisé.

Travailleurs concernés

Pour que le salarié multi-employeurs bénéficie du dispositif de mutualisation, il doit remplir les conditions cumulatives suivantes :

  • Exécution simultanée d’au moins deux contrats de travail, à durée déterminée ou indéterminée ;
  • Emplois occupés relevant de la même catégorie socioprofessionnelle;
  • Emplois occupés donnant lieu au même type de suivi individuel de l’état de santé du salarié : classique, adapté ou renforcé ;

Ces différentes conditions sont vérifiées par le service de prévention en santé au travail interentreprise (SPSTI) de l’employeur principal, en se basant sur les informations transmises par l’ensemble des employeurs et disponibles au sein des autres SPSTI en cas d’adhésion auprès de services différents (Q/R 1).

 

A ce titre, un employeur peut demander par tout moyen au salarié les informations suivantes, qu’il transmet par la suite au SPSTI auquel il adhère (Q/R 1) :

  • Le nom de ses autres employeurs et un contact ;
  • Le type d’emploi occupé.

Il appartient à l’employeur de s’assurer, dès l’embauche, du respect de l’exigence de mise en œuvre de la mutualisation du suivi de l’état de santé, y compris en demandant au travailleur de l’informer de la conclusion d’autres contrats de travail et le travailleur a l’obligation d’informer son employeur de la conclusion d’autres contrats de travail (Q/R 2).

Suivi par le SPSTI de l'employeur principal

C’est le service de santé au travail dont dépend l’employeur principal qui est chargé d’assurer le suivi mutualisé de l’état de santé du salarié, l’employeur principal étant le plus ancien du salarié (le Q/R précise que lorsque la date de conclusion des contrats de travail et la même pour chaque employeur, l’employeur principal est celui chez qui la durée contractuelle de travail est la plus importante).

Le SPSTI informe le salarié qu’il relève du suivi mutualisé et transmet cette information aux différents employeurs, ainsi qu’à leur organisme de santé au travail.

Les autres employeurs doivent ensuite adhérer au SPSTI de l’employeur principal au titre du salarié concerné.

 

A noter : en cas de cessation du contrat de travail du salarié avec son employeur principal en cours d’année, le suivi de son état de santé reste assuré par le SPSTI de cet employeur jusqu’à la fin de l’année en cours. Le Q/R précise que le suivi sera ensuite transféré par l’ancien SPSTI au SPSTI du nouvel employeur principal en début de nouvelle année, qui en informera le salarié et chacun de ses employeurs.

Règles concernant les visites de reprise

L’initiative de la visite de reprise dépend du motif de l’arrêt de travail :

  • Si la visite est consécutive à un congé maternité, une absence d’au moins 60 jours pour cause de maladie simple ou à une absence pour cause de maladie professionnelle : c’est à l’employeur principal de demander la visite de reprise ;
  • Si la visite est consécutive à une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail : c’est à l’employeur ayant déclaré l’accident de demander la visite de reprise.

Règles concernant les visites d'information, de prévention et l'examen médical d'aptitude

Toute attestation de suivi délivrée à l’issue d’une visite d’information et de prévention et tout avis d’aptitude à l’embauche suite un examen médical d’aptitude dont bénéficie le salarié en suivi médical renforcé doivent être adressé à chaque employeur occupé par le salarié.

 

Si ces documents prévoient des aménagements de poste, des avis d’inaptitude ou des avis différents, ils doivent être délivrés pour chaque poste occupé par le salarié auprès de chacun des employeurs.

 

Ces différents documents sont transmis aux employeurs et au salarié concerné par tout moyen leur conférant une date certaine.

Modalités de répartition du coût de la mutualisation entre les employeurs

Les modalités de répartition du coût de la cotisation annuelle au service SPSTI entre les différents employeurs n’entreront en vigueur que le 1er janvier 2024.

Le SPSTI de l’employeur principal recouvrira la cotisation annuelle en la répartissant entre les différents employeurs à parts égales.

Pour fixer le montant de la cotisation, le SPSTI se fondera sur le nombre de salariés portés à sa connaissance ayant plusieurs employeurs et occupant des emplois identiques constitués au 31 janvier de l’année en cours.

A cette fin, il pourra demander à ses entreprises adhérentes de lui transmettre, avant le 28 février de chaque année, la liste nominative des salariés exécutant simultanément au moins deux contrats de travail, arrêtée au 31 janvier de l’année en cours.

Un salarié qui fait l’objet d’un suivi mutualisé postérieurement au 31 janvier de l’année en cours ne donne pas lieu au recouvrement d’une cotisation complémentaire.

A titre transitoire, pour l’année 2023 : si le SPSTI de l’employeur principal constate qu’un ou plusieurs salariés employés au sein de ses entreprises adhérentes relèvent du suivi mutualisé de l’état de santé au 31 juillet 2023, la cotisation due à ce titre est répartie à parts égales entre les employeurs du ou des salariés concernés, notamment sous la forme d’un avoir pour l’année 2024.

Un salarié faisant l’objet d’un suivi mutualisé postérieurement au 31 juillet 2023 ne donne pas lieu au recouvrement d’une cotisation complémentaire.

Nathalie Audier, juriste
nathalie AUDIER

Juriste

Nos dernières actus

Tarifs et taxes sur le transport aérien
Lorsque vous achetez un billet d’avion, vous ne payez...
Lire la suite
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2024
La loi de financement de la sécurité sociale qui a...
Lire la suite
Contentieux civil
Deux récentes décisions de justices apportent des précisions...
Lire la suite

index égalité
hommes/Femmes

chez Solucia SPJ

94 / 100 : c’est la note obtenue par l’UES pour l’index égalité professionnelle femmes – hommes pour 2023

Indicateur d’écart de rémunération entre les femmes et les hommes : 35/40

Indicateur d’écart de taux d’augmentations entre les femmes et les hommes : 35/35

Indicateur de pourcentage de salariées augmentées dans l’année suivant leur retour de congé maternité : N/A

Indicateur du nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations : 10/10

Poignée homme femme

Thibault saint olive

Directeur Administratif et Financier

Thibault Saint Olive est diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion (ISG). Il débute sa carrière en tant que Contrôleur de gestion à la Banque Populaire, avant d’intégrer Mazars en 2010 au poste de Manager Audit financier, spécialisé dans le secteur des Assurances. Il devient 6 ans plus tard Directeur Admnistratif et Financier de Linxea, avant de rejoindre Wakam (ex-La Parisienne) en tant que Head of Finance. Il est depuis janvier 2022, le Directeur Administratif et Financier de Solucia Protection Juridique. Thibault a la charge du contrôle de la rentabilité et de la solvabilité de l’entreprise, du pilotage des flux financiers et de la gestion des fonds.

anne davillé

Directrice Marketing & Experience Client

Anne Davillé a obtenu un Master de commerce à Audencia. Elle débute sa carrière chez Carat en tant que responsable clients, puis intègre Havas Media en 2005 en tant que Directrice de clientèle. Elle rejoint Generali en 2008 où elle occupe différents postes, notamment celui de Manager marketing digital, chef de projet relation client ou Head of Client relationship management chez Global Corporate & Commercial. Elle est depuis octobre 2021 Directrice Marketing & Expérience client chez Solucia Protection Juridique. Elle est à ce titre, responsable du développement des leviers digitaux et des offres au service des clients et des partenaires, ainsi que de la plateforme de la marque.

emmanuelle thiesson

Directrice de Développement

Emmanuelle Thiesson a obtenu un diplôme en Economie rurale à l’Université de Montpellier. Elle débute sa carrière d’assureur chez Assurinco en tant que Responsable Grands Comptes, puis intègre Mapfre, en tant que Directrice commerciale du pôle Travel, puis Directrice du support client. C’est en 2018 qu’elle devient Innovative partnerships affinity insurance chez Wakam (ex-La Parisienne). Elle a rejoint en février 2022 Solucia Protection Juridique au poste de Directrice du Développement et est, à ce titre, responsable de la stratégie de croissance.

thomas gontard

Directeur Indemnisations et Services

Thomas Gontard a obtenu un DEA en droit fiscal à l’Université de Panthéon- Sorbonne. Il débute sa carrière chez Synerfil en tant que Directeur des centres d’appel, avant de rejoindre Apria, puis Assor France en tant que Responsable des services client. Il rejoint Solucia Protection Juridique en 2015 en tant que Responsable du service Renseignement Juridique. Il est depuis 2019 Directeur de l’Indemnisation et des Services. Il pilote la qualité des prestations délivrées par l’équipe des juristes.

Cécile Tardieu

Directrice Générale

Cécile Tardieu est diplômée de l’Ecole des Mines de Nancy et de l’ENSAE (1996). Elle débute chez Axa où elle exerce les fonctions d’actuaire à l’international puis de souscriptrice grands comptes affinitaires. En 2002, elle intègre le groupe Generali au sein duquel elle occupe diverses fonctions notamment celle de responsable du marketing produits, responsable du développement des offres affinitaires et de Directrice marketing et relation client au sein de l’entité Global Corporate & Commercial. Elle intègre Wakam (ex-La Parisienne) en 2016, en tant que Directrice des Partenariats, avant de rejoindre Solucia Protection Juridique en février 2020 au poste de Directrice de la Transformation, de l’Audit interne et des nouveaux marchés. Elle est depuis juillet 2021 Directrice Générale de l’assureur.

LAURENT SENGIER

Président du directoire

Laurent Sengier, a obtenu un diplôme d’expert en Management Financier à l’ESG. Il débute sa carrière en tant que Directeur Administratif et Financier au Groupe ICIRS (Retraite, Prévoyance, Santé), avant de rejoindre La Tutélaire en 2010. Il devient Directeur Financier Opérationnel de Chorum en 2013, et rejoint Solucia Protection Juridique, en tant que Directeur Administratif et Financier en 2018. Il prendra la Direction Générale de l’assureur en 2020, puis sa Présidence en juillet 2021.