Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

J'ai le DROIT de savoir !

Actualités de septembre 2023

congÉ payés et arret de travail

Mise en conformité avec le droit européen par la Cour de cassation

Cass. Soc., 13 septembre 2023, n°22-17.340, n°22-17.638, n°22-10.529 FP-BR

Opérant un revirement de jurisprudence par ces 3 arrêts du 13 septembre 2023, la Cour de cassation s’aligne sur le droit européen concernant des affaires traitant des congés payés et des arrêts maladie.

En effet, la Cour a décidé d’écarter les dispositions du code du travail (art. L. 3141-3 et L. 3141-5) non conformes au droit européen (article 31§2 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne sur le droit au repos).

Il en résulte que :

  • les salariés malades ou accidentés acquièrent des droits à des congés payés sur leur période d’absence, même si cette absence n’est pas liée à un accident de travail ou à une maladie professionnelle ( soc., 13 septembre 2023, n° 22-17.340); 
  • en cas d’accident du travail, le calcul des droits à congé payé ne sera plus limité à une période d’un an, contrairement aux dispositions de l’article L 3141-5-5° du Code du travail ( soc., 13 septembre 2023, n° 22-17.638) ;
  • la prescription du droit à congé payé ne commence à courir que lorsque l’employeur a mis son salarié en mesure d’exercer celui-ci en temps utile ( soc., 13 septemabre 2023, n° 22-10.529).

Acquisition des congés payés durant un arrêt de travail pour
maladie non professionnelle :

Dans l’affaire ayant donné lieu au pourvoi n°22-17.340, des salariés ont contracté une maladie non professionnelle qui les a empêchés de travailler. Par la suite, ils ont calculé leur droit à congé payé en incluant la période au cours de laquelle ils n’ont pas pu travailler. En application du droit de l’Union européenne, la cour d’appel leur a donné raison. L’employeur a formé un pourvoi en cassation mais la Cour de cassation approuve la cour d’appel.

En application des articles L. 3141-3 et L. 3141-5 du Code du travail français, les périodes pendant lesquelles l’exécution du contrat de travail est suspendue en raison d’une maladie d’origine non professionnelle ne sont pas assimilées à des périodes de travail effectif pour la détermination de la durée du congé payé. Il en résulte que le salarié atteint d’une maladie non professionnelle n’acquiert pas de jours de congé payé durant son arrêt de travail.

Jusque-là, la Cour de cassation faisait une application stricte des règles du code du travail, ne pouvant pas appliquer directement une directive européenne (2003/88/CE) prévoyant un congé minimum de 4 semaines à tous salariés sans condition de travail effectif.

S’alignant sur la jurisprudence européenne jugeant notamment que les travailleurs absents pour une cause de maladie, situation imprévisible et indépendante de leur volonté, ne sauraient être exclus du droit à congé payés, et s’appuyant sur l’article 31 § 2 de la Charte des droits fondamentaux de l’union européenne qui reconnaît à tout travailleur le droit à une période annuelle de congés payés, la Cour de cassation juge qu’il convient, désormais, d’écarter les dispositions du droit français qui ne sont pas conformes au droit de l’Union, et de considérer que les salariés dont le contrat de travail est suspendu en raison d’un arrêt de travail pour maladie d’origine non professionnelle acquièrent des droits à congés payés durant cette période.

Pas de limite à l’acquisition des congés payés en cas
d’accident du travail :

Dans l’affaire ayant donné lieu au pourvoi n°22-17.638, un salarié a été victime d’un accident du travail. Par la suite, il a calculé ses droits à congé payé en incluant toute la période au cours de laquelle il se trouvait en arrêt de travail. En application du droit français, la cour d’appel a considéré que ce calcul ne pouvait pas prendre en compte plus d’un an d’arrêt de travail. Le salarié a formé un pourvoi devant la Cour de cassation qui censure la cour d’appel.

En application de l’article L. 3141-5 du Code du travail français, les périodes de suspension du contrat de travail en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle sont assimilées à du temps de travail effectif, mais uniquement pendant une durée ininterrompue d’un an. Il en résulte une limite à l’acquisition des congés à la première année d’arrêt de travail et qu’au-delà le salarié n’acquiert plus de congés payés, règle que la Cour de cassation appliquait strictement.

Suivant le même raisonnement que pour l’affaire précédente, la Cour de cassation juge, dorénavant, que les salariés qui se trouvent en arrêt de travail à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle pourront acquérir des congés payés pendant toute la durée de leur absence et non plus uniquement pendant un an.

A NOTER : Que ce soit pour la maladie non professionnelle ou l’accident du travail et la maladie professionnelle, la Cour de cassation a précisé que cette solution vaut pour tous les droits à congés payés (congé principal de 4 semaines et la cinquième semaine de congé, ainsi que pour les congés payés conventionnels) alors même que la directive 2003/88/CE limite la règle au congé légal de 4 semaines. En décider autrement aurait conduit selon la Cour de cassation à créer une discrimination, contraire à l’article L. 1132-1 du code du travail qui prohibe notamment les discriminations en raison de l’état de santé.  Ainsi, les salariés absents pour maladie (d’origine professionnelle ou non) acquièrent des droits à congé d’une durée identique à celle des salariés présents dans l’entreprise et exécutant un travail effectif.

Prescription du droit à l’indemnité de congés payés :

Dans l’affaire ayant donné lieu au pourvoi n°22-10.529, une enseignante a réalisé une prestation de travail auprès d’un institut de formation, pendant plus de 10 ans.  Ayant obtenu de la justice que cette relation contractuelle soit qualifiée en contrat de travail, elle a demandé à être indemnisée des congés payés qu’elle n’a jamais pu prendre pendant ces 10 années. La cour d’appel a considéré que l’enseignante devait être indemnisée, mais uniquement sur la base des 3 années ayant précédé la reconnaissance par la justice de son contrat de travail, le reste de ses droits à congé payé étant prescrit. L’enseignante et l’institut de formation ont chacun formé un pourvoi en cassation.

Il est de jurisprudence constante que les congés payés ayant une nature salariale, ils sont soumis à la prescription triennale applicable aux salaires prévue par l’article L. 3245-1 du code du travail.

La question se pose est donc de savoir quel est le point de départ de la prescription d’une demande d’indemnité de congé payé ?

Jusque-là, la Cour de cassation considérait que le point de départ du délai de prescription de 3 ans de l’indemnité de congé payé devait être fixé à l’expiration de la période légale ou conventionnelle au cours de laquelle les congés payés auraient pu être pris.

Or, en 2022 la Cour de justice de l’union européen (CJUE) a jugé que l’article 7 de la directive n°2003/88/CE et l’article 31 § 2 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne s’opposent à une réglementation nationale en vertu de laquelle le droit au congé annuel payé acquis par un travailleur au titre d’une période de référence est prescrit à l’issue d’un délai de trois ans qui commence à courir à la fin de l’année au cours de laquelle ce droit est né, lorsque l’employeur n’a pas effectivement mis le travailleur en mesure d’exercer ce droit.

action de groupe

S’alignant sur la jurisprudence européenne, la Cour de cassation juge, désormais, que lorsque l’employeur oppose la fin de non-recevoir tirée de la prescription, le point de départ du délai de prescription de l’indemnité de congés payés doit être fixé à l’expiration de la période légale ou conventionnelle au cours de laquelle les congés payés auraient pu être pris dès lors que l’employeur justifie avoir accompli les diligences qui lui incombent légalement afin d’assurer au salarié la possibilité d’exercer effectivement son droit à congé.

Ainsi, le délai de prescription de l’indemnité de congé payé ne peut commencer à courir que si l’employeur a pris les mesures nécessaires pour permettre au salarié d’exercer effectivement son droit à congés payés.

Dans cette affaire, l’enseignante n’avait pas été en mesure de prendre des congés payés au cours de ses 10 années d’activité au sein de l’institut de formation, puisque l’employeur n’avait pas reconnu l’existence d’un contrat de travail. Dès lors, le délai de prescription ne pouvait pas commencer à courir. La Cour de cassation censure donc la décision de cour d’appel.

Rappelons qu’il appartient à l’employeur de prendre les mesures propres à assurer au salarié la possibilité d’exercer effectivement son droit à congé, et, en cas de contestation, de justifier qu’il a accompli à cette fin les diligences qui lui incombaient.

Les employeurs ont tout intérêt à tenir compte de ces jurisprudences dès aujourd’hui pour les salariés qui seront en arrêt de travail au regard de leur droit à congés payés dans l’attente de l’intervention du législateur pour mettre le droit national en conformité avec le droit européen. A défaut, ils s’exposent à un contentieux face aux salariés concernés.

Laurent Pasqualini

Juriste

Nos dernières actus

PRO- News express et chiffres clés - avril 2024 -
Découvrez toutes les news juridiques professionnelles...
Lire la suite
Transport sanitaire
La Cour de cassation retient que l’activité de transport...
Lire la suite
DFS : Nouvelles règles concernant le consentement des salaires
Le Boss procède à une nouvelle modification des règles...
Lire la suite

index égalité
hommes/Femmes

chez Solucia SPJ

94 / 100 : c’est la note obtenue par l’UES pour l’index égalité professionnelle femmes – hommes pour 2023

Indicateur d’écart de rémunération entre les femmes et les hommes : 35/40

Indicateur d’écart de taux d’augmentations entre les femmes et les hommes : 35/35

Indicateur de pourcentage de salariées augmentées dans l’année suivant leur retour de congé maternité : N/A

Indicateur du nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations : 10/10

Poignée homme femme

Thibault saint olive

Directeur Administratif et Financier

Thibault Saint Olive est diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion (ISG). Il débute sa carrière en tant que Contrôleur de gestion à la Banque Populaire, avant d’intégrer Mazars en 2010 au poste de Manager Audit financier, spécialisé dans le secteur des Assurances. Il devient 6 ans plus tard Directeur Admnistratif et Financier de Linxea, avant de rejoindre Wakam (ex-La Parisienne) en tant que Head of Finance. Il est depuis janvier 2022, le Directeur Administratif et Financier de Solucia Protection Juridique. Thibault a la charge du contrôle de la rentabilité et de la solvabilité de l’entreprise, du pilotage des flux financiers et de la gestion des fonds.

anne davillé

Directrice Marketing & Experience Client

Anne Davillé a obtenu un Master de commerce à Audencia. Elle débute sa carrière chez Carat en tant que responsable clients, puis intègre Havas Media en 2005 en tant que Directrice de clientèle. Elle rejoint Generali en 2008 où elle occupe différents postes, notamment celui de Manager marketing digital, chef de projet relation client ou Head of Client relationship management chez Global Corporate & Commercial. Elle est depuis octobre 2021 Directrice Marketing & Expérience client chez Solucia Protection Juridique. Elle est à ce titre, responsable du développement des leviers digitaux et des offres au service des clients et des partenaires, ainsi que de la plateforme de la marque.

emmanuelle thiesson

Directrice de Développement

Emmanuelle Thiesson a obtenu un diplôme en Economie rurale à l’Université de Montpellier. Elle débute sa carrière d’assureur chez Assurinco en tant que Responsable Grands Comptes, puis intègre Mapfre, en tant que Directrice commerciale du pôle Travel, puis Directrice du support client. C’est en 2018 qu’elle devient Innovative partnerships affinity insurance chez Wakam (ex-La Parisienne). Elle a rejoint en février 2022 Solucia Protection Juridique au poste de Directrice du Développement et est, à ce titre, responsable de la stratégie de croissance.

thomas gontard

Directeur Indemnisations et Services

Thomas Gontard a obtenu un DEA en droit fiscal à l’Université de Panthéon- Sorbonne. Il débute sa carrière chez Synerfil en tant que Directeur des centres d’appel, avant de rejoindre Apria, puis Assor France en tant que Responsable des services client. Il rejoint Solucia Protection Juridique en 2015 en tant que Responsable du service Renseignement Juridique. Il est depuis 2019 Directeur de l’Indemnisation et des Services. Il pilote la qualité des prestations délivrées par l’équipe des juristes.

Cécile Tardieu

Directrice Générale

Cécile Tardieu est diplômée de l’Ecole des Mines de Nancy et de l’ENSAE (1996). Elle débute chez Axa où elle exerce les fonctions d’actuaire à l’international puis de souscriptrice grands comptes affinitaires. En 2002, elle intègre le groupe Generali au sein duquel elle occupe diverses fonctions notamment celle de responsable du marketing produits, responsable du développement des offres affinitaires et de Directrice marketing et relation client au sein de l’entité Global Corporate & Commercial. Elle intègre Wakam (ex-La Parisienne) en 2016, en tant que Directrice des Partenariats, avant de rejoindre Solucia Protection Juridique en février 2020 au poste de Directrice de la Transformation, de l’Audit interne et des nouveaux marchés. Elle est depuis juillet 2021 Directrice Générale de l’assureur.

LAURENT SENGIER

Président du directoire

Laurent Sengier, a obtenu un diplôme d’expert en Management Financier à l’ESG. Il débute sa carrière en tant que Directeur Administratif et Financier au Groupe ICIRS (Retraite, Prévoyance, Santé), avant de rejoindre La Tutélaire en 2010. Il devient Directeur Financier Opérationnel de Chorum en 2013, et rejoint Solucia Protection Juridique, en tant que Directeur Administratif et Financier en 2018. Il prendra la Direction Générale de l’assureur en 2020, puis sa Présidence en juillet 2021.